Soupe aux champignons shiitake

0
Rate this post

Vous souhaitez rendre votre système immunitaire plus résistant ?

Cette soupe est idéale. En fait, à l’intérieur, vous trouverez des champignons shiitake, voire des champignons médicinaux définis pour les précieuses propriétés qu’ils possèdent. Ces champignons en particulier sont des modulateurs immunitaires, rééquilibrant et renforçant les fonctions du système immunitaire en le rendant plus résistant aux infections.

Comme tous les champignons, cependant, ils doivent être utilisés avec beaucoup de parcimonie.

Ingrédients pour 4 à 6 personnes :

  • Un petit oignon doré
  • 3 gousses d’ail pelées
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive extra vierge
  • 1 cuillère à café de poudre de curcuma
  • 6-8 champignons shiitake sans pied tremper pendant 30 minutes
  • 1 cuillère à café de riz miso
  • Le jus de 1 citron
  • 2 cuillères à soupe de gingembre frais râpé
  • 1 litre de bouillon de légumes
  • 150 g de courge butternut coupée en dés
  • 150 g de chou coupé en julienne
  • Une pincée de poivre noir

Préparation: shiitake Dans une casserole de taille moyenne, chauffer l’huile à feu moyen-vif. Faire revenir l’oignon haché et les gousses d’ail pendant 3 minutes. Ajouter le curcuma et les champignons coupés en dés et faire revenir 2 minutes.

Ajouter le bouillon, la citrouille, le gingembre, le chou et le poivre noir. Porter à ébullition, baisser le feu, couvrir et laisser mijoter environ 15 minutes. Sortez du feu et laissez refroidir.Ajouter le jus de citron et le miso.

Couvrir et laisser reposer encore 5 minutes avant de servir

Il aurait dû s’appeler « Kinoko to okara no kabocha » : potiron kabocha avec okara et champignons. Cours de japonais en immersion complète tout au long de l’hiver. Langue difficile, mais fascinante comme la cuisine washoku (qui est plutôt simple). Cette recette a été inspirée par mes livres de cuisine préférés “The Buddhist Monk’s Kitchen” et, très récemment, “Japanese Cooking”.

Dans les deux la même recette. Mon changement a été l’ajout de la purée de potiron Kabocha, qui est cependant dans un parfait esprit Washoku car elle est fraîche et de saison. Citrouille aux Champignons et Okara.

Ingrédients :

  • Couvrir et laisser reposer encore 5 minutes avant de servir20 g de champignons shiitake séchés (59,2 kcal, 296 kcal/100 g)
  • 330 g de pleurotes frais (109,23 kcal, 33 kcal/100 g)
  • 80 g de champignons enoki frais (37 kcal, kcal/100 g)
  • 200 g d’okara mou (84 kcal, 42 kcal/100 g)
  • 190g de shiitake dashi (0 kcal, kcal/100g)
  • 35 g de men tsuyu (57,33 kcal, 163,81 kcal / 100 g)
  • 150 g de purée de potiron kabocha (kcal, kcal 33/100 g)

Méthode: Pour la purée de potiron, j’ai simplement coupé la succa en petits morceaux et je l’ai mise au micro-ondes pendant 7 minutes. Mixer ensuite à la main jusqu’à l’obtention d’une crème onctueuse. Dans une poêle, faire dorer l’oignon avec un peu d’eau (huile si vous préférez).

Lorsqu’il commence à dorer, ajoutez l’okara et faites cuire jusqu’à ce que tous les liquides se soient évaporés et que la croûte brune commence à apparaître. Ajouter ensuite les champignons shiitake préalablement trempés dans l’eau (à ne pas jeter car ce sera notre dashi) et les couper en fines lamelles.

Ce sont les champignons qui demandent le plus de cuisson, donc je les mets en premier et les laisse cuire un peu. Ajouter les dés d’huîtres fraîches en prenant soin de garder 2-3 tranches coupées dans le sens de la longueur d’un côté, pour servir de décoration (je les ai utilisées comme “cuillère comestible” !!).

  • Enfin, mais à la toute fin, ajoutez les champignons enoki qui sont fins. Ajouter le shiitake dashi mélangé à la sauce mentsuyu au fur et à mesure que les liquides sèchent.
  • À ce stade, servir, avec la purée de citrouille comme première couche et les champignons sur le dessus.
  • Une goutte de mentsuyu dilué, ou levure nutritionnelle pour l’assaisonnement.

Considérations : Avec les doses indiquées pour les champignons et l’okara (tout ce que j’avais au frigo !), 670 g de « kinoko to okara » sont sortis. De toute évidence, beaucoup moins ira dans l’assiette. Le reste peut être utilisé pour assaisonner du riz cuit à la vapeur ou du soba, selon les recettes de shojin ryori. En fait je pense faire la garniture d’une quiche, ou de la farifrittatine (veg okonomiyaki !!!). Que diriez-vous?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici